L’économie collaborative représente une opportunité de se réinventer pour les acteurs traditionnels du secteur de l’assurance.

Depuis les années 90, la démocratisation des technologies de l’information et de la communication a permis le développement de nouveaux modèles économiques basés sur des communautés virtuelles qui échangent et partagent. L’économie collaborative revêt différentes formes aux objectifs complémentaires :

  • Modifier nos modes de consommation : créées comme une action militante contre la sur-production et la sur-consommation, certaines entreprises de partage sont devenues des symboles de l’éc onomie 2.0 à l’instar de AirBnB, dont la valorisation à 25,5 milliards de dollars frôle celle de la chaîne hôtelière Hilton, ou encore de Blablacar, évalué à 1,2 milliards de dollars pour 20 millions d’utilisateurs.

  • Faire du consommateur un producteur : la production contributive a fait naître des espaces partagés physiques et en ligne comme les FabLabs1 (par exemple Artilect à Toulouse) ou les Maker Spaces (ICI Montreuil dispose par exemple de 1700m2 de surface). Ces nouvelles structures de production permettent de partager les coûts de gestion et de travail.

  • Partager un mode de vie : les espaces collectifs se multiplient et rentabilisent les investissements ou permettent un partage des coûts, à l’instar des espaces de co-working (comme le Loft 50 Partners à Paris) ou encore des jardins partagés.

  • Proposer une alternative aux banques : les modes de financement participatifs foisonnent pour outrepasser les contraintes liées aux banques ; le crowdfunding (Smart Angels, KissKissBankBank, Ulule, …) ou le prêt d’argent entre particuliers (Prêt d’Union, Lending Club) ou encore la monnaie virtuelle Bitcoin.


Comment les assureurs interagissent avec le secteur ?


Le lien entre économie collaborative et assurance prend souvent la forme de partenariats qui peuvent être divers : proposition de nouvelles offres, soutien matériel et financier, accords de distribution.

Les assureurs rivalisent de créativité pour proposer des partenariats innovants sur le fond et la forme (Figure 1).


Pourquoi les assureurs devraient-ils s’engager dans l’économie collaborative ?


De multiples raisons poussent les assureurs à collaborer avec les acteurs de l’économie de partage :


Les raisons externes

  • En absence de régulation du secteur, l’économie collaborative a besoin des assureurs, car la confiance entre particuliers s’évapore au moindre problème ;

  • Les entreprises collaboratives ont une croissance rapide – 135% de croissance annuelle entre 2009 et 2012 pour Blablacar – et créent de nombreuses opportunités pour les acteurs traditionnels, en leur permettant de se réinventer ;

Les raisons internes

  • Les acteurs de l’économie collaborative permettent aux assureurs de s’adapter à la vague digitale et d’innover ;

  • L’économie collaborative permet d’acquérir de nouveaux clients dans un contexte d’accroissement de la volatilité du portefeuille et de montée du consumérisme.

Les prévisions

Selon une étude réalisée pour le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique1, le marché mondial de l’économie collaborative est un formidable levier de croissance et pourrait représenter à lui seul plus de 268 milliards d’euros en 2025 contre seulement 15 milliards d’euros aujourd’hui, soit un taux de croissance annuel moyen de plus de 36%.


En juin 2015, la MAIF a d’ailleurs créé MAIF Avenir, une structure entièrement dédiée au financement de l’économie collaborative, de l’innovation et du digital.


Dotée de 125 millions d’euros jusqu’en 2018, MAIF Avenir compte utiliser ces fonds pour se diversifier, innover – en utilisant au mieux les technologies digitales – mais aussi développer l’agilité de l’assureur, grâce à la vitalité des start-ups financées.


S’associer avec les nouveaux acteurs de l’économie collaborative est un levier indéniable de développement pour les assureurs, à condition de s’adapter rapidement à leurs exigences, notamment sur la question de la tarification des nouveaux modes de consommation ; il s’agit d’assurer les moments et les usages et non plus l’objet. Pour réussir à s’imposer sur le marché de l’économie collaborative, trois facteurs clés de succès demeurent essentiels : la réactivité, la compétitivité et l’agilité


L’économie collaborative est un marché en plein essor qui bouleverse les modèles traditionnels. C’est un marché prometteur, à condition de créer un niveau de confiance suffisant pour donner envie de souscrire le service. La volatilité des acteurs de l’économie collaborative transforme le rapport au client des assurances et mutuelles. Ces dernières doivent s’adapter et innover dans les formes de partenariat, que ce soit par de nouvelles offres, des accords de distribution, un soutien matériel ou financier ou la promotion du site. Ces évolutions induisent de nouveaux questionnements pour les assureurs notamment sur leur stratégie globale sur ces secteurs et les différentes modalités d’entrée sur les marchés.

Nos solutions

38, avenue Hoche

75008 Paris

Tél : +33 (0)1 74 70 48 70

  • LinkedIn - White Circle

© 2020 Selenis

Abonnez-vous à nos points de vue